Président Ho Chi Minh - Le plus grand linguiste du Vietnam


Par Site Admin | 8 nov. 2021
Pour afficher cet article dans d'autres langues, passez votre souris sur l'icône de langue dans le coin supérieur droit de l'écran (pour l'ordinateur) ou appuyez sur le bouton ☰ dans le coin supérieur gauche de l'écran, puis faites défiler vers le bas (pour le smartphone). Ensuite, sélectionnez votre langue préférée.


Freelensia a le plaisir de présenter l'une des vidéos les plus complètes du président Ho Chi Minh parlant des langues étrangères, dont l'anglais, le français et le russe. Vous aurez également la chance d'entendre son accent vietnamien natif. Les sous-titres sont disponibles en plusieurs langues, veuillez cliquer sur [CC] pour les activer.

https://youtu.be/F7Tt2rOYsVM

Le président Ho Chi Minh (nom d'origine Nguyen Sinh Cung, également appelé Nguyen Tat Thanh, Nguyen Ai Quoc ou Oncle Ho) est l'un des dirigeants les plus respectés du Vietnam. Ses compétences diplomatiques exceptionnelles sont largement attribuées à ses compétences linguistiques, qui seront démontrées dans cet article.

Dans la biographie des délégués au 7e Congrès mondial de l'Internationale communiste, l'oncle Ho a écrit : « Connaître le français, l'anglais, le chinois, l'italien, l'allemand, le russe ». D'après les fois où il a visité d'autres pays, ainsi que les fois où il a accueilli des missions diplomatiques au Vietnam, nous savons qu'il parle également couramment de nombreuses autres langues étrangères, telles que le thaï, l'espagnol, l'arabe, les langues de nombreuses minorités ethniques au Vietnam, etc. Cette capacité linguistique est attribuée à sa détermination et à sa volonté admirables.

En 1911, l'oncle Ho travaille comme aide-cuisinier à l'Amiral de Latouche-Tréville, trouvant un moyen de se rendre en France. Après chaque journée de dur labeur, il a appris à lire et à écrire le français tard dans la nuit. Peu de temps après, à Marseille, il a été embauché pour travailler sur un cargo et a eu la chance de voyager dans les colonies françaises et de continuer à améliorer sa langue française. De 1917 à 1923, il rentre en France et commence à écrire des journaux. Il se rend aussi à la bibliothèque pour lire des livres, assiste à des réunions, noue des relations étroites avec des personnalités en vue, des gens ordinaires en France comme dans les pays coloniaux. Il a écrit deux ouvrages majeurs en français, à savoir Dong Duong «L'Indochine» (1923-1924) et French Colonialism on Trial «Proces de la colonisation francaise» (1925).